vendredi 1 juillet 2022
Les méfaits des relations sexuelles illicites

Les méfaits des relations sexuelles illicites

Premier sermon

Louange à Allah ! Nous Le louons, cherchons secours auprès de Lui et sollicitons son pardon. Nous nous réfugions auprès d’Allah contre nos mauvais penchants et nos mauvaises actions. Quiconque est guidé par Allah, rien ne pourra l’égarer et quiconque est abandonné par Allah, rien ne pourra le guider. Nous attestons qu’il n’y a de divinité qu’Allah sans associé et nous attestons que Mouhammad est son serviteur et envoyé. « Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d'un seul être, et a créé de celui-ci sont épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d'hommes et de femmes. Craignez Dieu au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Dieu vous observe parfaitement. » (S4, V1) Gloire à Allah qui a créé d’un homme et d’une femme une multitude d’êtres humains, qui a commandé le mariage et proscrit les relations sexuelles illicites.      

Serviteurs d’Allah !

Notre Seigneur a fait des humains que nous sommes, des êtres sexués de telle sorte que par la rencontre entre un homme et une femme, naissent d’autres humains. « Ô hommes ! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux. Dieu est certes Omniscient et Grand- Connaisseur. » (S49, V13). Toutefois, la relation au sexe doit se faire dans un cadre responsable et protégé pour éviter que cet instinct ne se réduise à une passion dangereuse à tous égards pour l’individu, la famille et la société. En effet, sans un effort constant de maitrise de cet instinct, la sexualité débridée se répand rapidement et occasionne des dégâts inestimables au plan spirituel et moral, au plan social, politique et économique. La facilité par laquelle peut se développer La débauche et l’ampleur de dangers qui en découlent font que l’Islam a engagé une lutte farouche contre le péché, voire le crime du péché de chair. Alors que pour nombre de péchés, la proscription porte sur l’acte de péché en tant que tel, pour ce qui est de la fornication, l’interdit porte sur le fait même d’approcher le péché de chair : « Et n'approchez point la fornication. En vérité, c'est une turpitude et quel mauvais chemin ! » (S17, V32).

Frères et sœurs en la foi !

De nos jours, cette lutte farouche de l’Islam contre la sexualité illicite se justifie d’autant plus que les idéologies de la permissivité et du libertinage qui  combattent tout ce qui relève de la morale religieuse en général et de la morale sexuelle en particulier font légion. Ces idéologies susmentionnées trouvent dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication des moyens de diffusion facile et rapide d’un endroit à l’autre, d’un individu à l’autre et d’une société à l’autre. Il s’est passé dans les années 50, en Europe, une révolution des mœurs sexuelles visant à interdire les interdits sexuels surtout d’ordre religieux notamment judéo-chrétien. Ce genre de courant a essaimé en dehors de l’Europe pour influencer profondément les sociétés non occidentales y compris musulmanes. Sous l’influence de cette prétendue libération sexuelle, les recherches scientifiques et les industries pharmaceutiques ont mis à la disposition du public des moyens de contraception dont l’un des buts est de rendre possible une sexualité illicite en évitant la grossesse. En vérité, quand on regarde les statistiques, on se rend compte que malgré les moyens contraceptifs, il y a un nombre impressionnant d’avortements volontaires dans les pays européens.

Dans cette optique d’appel au sexe « libre », les jeunes sont la cible des idéologues qui les incitent à la transgression et qui mettent en place un système de propagande visant à pousser ceux qui veulent malgré tout continuer à respecter les prescriptions religieuses en matière de sexualité à avoir le complexe de s’assumer. Ce mouvement de libération sexuelle répréhensible au regard de la morale islamique s’est accompagné comme il fallait s’y attendre de la consommation de stupéfiants de toute sorte dont le but est de provoquer une sorte d’étourdissement chez le consommateur qui lui fait croire qu’il échappe à la réalité.

Hélas, frères et sœurs en la foi ! L’addiction au sexe et à la drogue a fait et continue de faire des dégâts inestimables dans les sociétés contemporaines. La phase actuelle du mouvement de propagande pour une prétendue liberté sexuelle consiste à réclamer la légalisation de l’homosexualité à travers maints créneaux tels que  son encouragement par le biais des nouvelles techniques de communications (internet), de productions cinématographiques et de déclarations de personnes influentes ou populaires sur leur penchant pour cette transgression. C’est dans la même ambiance que se développent la pornographie adulte et infantile ainsi que son cortège de perversions. Eu égard à ce qui apparait en matière de sexualité de nos jours, la perversion du peuple de Loth est de plus en plus partagée voire exacerbée. « Et Lot, quand il dit à son peuple : "Vraiment, vous commettez la turpitude où nul dans l'univers ne vous a précédés. Aurez-vous commerce charnel avec des mâles ? Pratiquerez-vous le brigandage ? Commettrez-vous le blâmable dans votre assemblée ?" Mais son peuple ne fit d'autre réponse que : "Fait que le châtiment de Dieu nous vienne, si tu es du nombre des véridiques". Il dit : "Seigneur, donne-moi victoire sur ce peuple de corrupteurs !" Et quand Nos Anges apportèrent à Abraham la bonne annonce, ils dirent : "Nous allons anéantir les habitants de cette cité car ses habitants sont injustes". Il dit : "Mais Lot s'y trouve !" Ils dirent : "Nous savons parfaitement qui y habite : nous le sauverons certainement, lui et sa famille, excepté sa femme qui sera parmi ceux qui périront". » (S29, V28-32). 

Frères et sœurs en la Foi !

En réalité, l’instinct sexuel créé par Allah ne doit pas être inhibé d’où l’interdiction islamique de toute forme de célibat comme option de vie. Cette pulsion sexuelle naturelle doit être au service de la reproduction de l’humanité dans un cadre contrôlé par la foi, la morale et la loi. Contrairement à ce qui se dit souvent, la sexualité n’est pas un tabou en islam. Elle est abordée dans le Coran et les hadiths dans les moindres détails mais toujours dans un cadre responsable. Selon les enseignements islamiques, le mariage est encouragé et valorisé comme une modalité de l’adoration d’Allah. Tout est dit pour que le choix des conjoints ne se fasse pas selon des considérations purement sexuelles. Les deux futurs conjoints et leurs parents doivent accorder la primauté à la vertu pour que la sexualité conjugale soit heureuse. Pour protéger l’individu, la famille et la société de la débauche, l’islam a édicté maintes règles de bienséance relatives au contrôle du regard, à la décence vestimentaire, à l’encouragement au mariage des jeunes, à la pratique du jeûne pour les célibataires, à l’interdiction du tête à tête entre hommes et femmes pouvant se marier, à la danse et musique lascives, au recours à des lectures et images pornographique, à l’éducation spirituelle et morale, etc. : « Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C'est plus pur pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu'ils font. Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté… » (S24, V30-31).

Ce qu’enseigne l’islam à propos de la sexualité tient compte de la nature humaine et de ses faiblesses. C’est ainsi que le hadith suivant nous livre des informations cruciales sur ce qui fonde la prudence du croyant vis-à-vis du sexe : « La fornication des yeux réside dans le regard, la fornication des oreilles résident dans l’écoute, la fornication de la bouche réside dans la parole et les embrassades, la fornication des mains réside dans le toucher, la fornication des pieds réside dans le déplacement. Le cœur s’émeut et l’individu s’imagine quelque chose, c’est alors l’organe sexuel qui réalise ou non toutes ces sensations. » (Boukhary)

La pratique illicite de la sexualité est fortement condamnée par l’Islam qui l’assimile à une faute morale grave. La chasteté au sens de maitrise de l’instinct sexuel qui dès lors ne se déploie que dans un cadre licite, est fréquemment mentionnée dans le Coran comme étant une vertu des pieux : « Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur Salat, qui se détournent des futilités, qui s'acquittent de la Zakat, et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n'est qu'avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs; et qui veillent à la sauvegarde des dépôts confiés à eux et honorent leurs engagements, et qui observent strictement leur Salat.  Ce sont eux les héritiers, qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement. » (S23, V1-11). 

En associant le  péché de chair à d’autres péchés majeurs tels que le meurtre et le chirk (donner à Allah des associés), le Coran veut attirer notre attention sur sa gravité : « Et ceux qui n'invoquent pas d'autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu'Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit ; qui ne commettent pas de fornication – car quiconque fait cela encourra une punition, et le châtiment lui sera doublée, au jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d'ignominie » (S25, V68-69). Allant dans le même sens que ces versets qui prouvent la gravité du péché de chair, le prophète met en cause la foi du fornicateur au moment de son action illicite : « N’est pas croyant le fornicateur dans l’action » (Boukhary). Ne suffit-il pas pour ceux qui craignent Allah, de méditer ce récit rapporté par le prophète lors d’un voyage céleste accompagné des deux anges Djibril et Mikail : « (…) je vis des hommes et femmes entièrement nus. Chaque fois qu’ils étaient touchés par les flammes en dessous d’eux, ils poussaient des gémissements déchirants. Je dis alors à Djibril ; qui sont ces gens ? Il répondit : les fornicateurs et fornicatrices » (Boukhary).

Aider les personnes que l’indigence empêche de se marier participe des plus grandes œuvres de bienfaisance et des meilleurs moyens de protéger la chasteté et de barrer la route à la sexualité débridée. Dans ce cadre, il faut dénoncer les freins au mariage des jeunes notamment étroitement liés à l'exagération du montant des dotes, au chômage, à la crise du logement, etc.

Qu’Allah nous bénisse par le Coran et nous aide à tirer pleinement profit de ses versets et du rappel qui s’y trouve ! Je demande à Allah pour moi et pour vous l’absolution de nos péchés.

Deuxième sermon

Serviteurs d’Allah !

Pour réussir la lutte contre la débauche et promouvoir une sexualité licite, il ne faut pas oublier que la femme musulmane est dépositaire d’une grandissime responsabilité. En effet, si comme l’islam l’attend d’elle, elle fait le choix de la chasteté, refuse toute forme d’instrumentalisation de son corps et s’investit entièrement dans l’éducation des enfants, il est alors légitime de penser que la société musulmane s’en portera mieux. L’autre segment de la société très exposé à la luxure est constitué par les jeunes. Ils sont de plus en plus fragilisés par la démission ou la négligence dont font montre nombre de parents, de même que par la tyrannie de la pornographie et des nombreux freins au mariage déjà mentionnés.

Souvent, par complexe et désir d’imitation et aussi par ignorance, beaucoup plus que par volonté de transgression, des jeunes s’adonnent à des pratiques sexuelles dangereuses pour leur santé spirituelle, morale et physique. Combien de fois, les jeunes sont-ils trompés par les propagandistes du mal qui leur expliquent que les préservatifs les protègent contre les grossesses « indésirées » et les maladies sexuellement transmissibles. Celles-ci font des ravages tellement certaines d’entre elles se transmettent de façon sournoise et par des voies insoupçonnées. En outre, en se focalisant sur les aspects sanitaires, on fait oublier aux musulmans qui ne sont pas assez vigilants que le plus grand danger de la débauche relève de l’ordre spirituel et moral et non de l’ordre de la maladie du corps. La sexualité irresponsable peut avoir de graves conséquences rien que du point de vue de la transmission de maladies à autrui. A ce propos, il est justifié de rappeler l’enseignement du hadith : « Ne lésez pas autrui et ne soyez pas lésé »           

Serviteurs d’Allah !

Les jeunes qui veulent se protéger contre le péché de chair peuvent s’appuyer sur la pratique fréquente du jeûne surérogatoire comme le recommande le prophète : « Ô jeunes de gens! Que celui qui a les capacités de se marier parmi vous, se marie ; car cela lui fera baisser les yeux et protégera son sexe ; et que celui qui n'en a pas les capacités, jeûne car c'est une protection pour lui » (Boukhari et Mouslim). La méditation des récits coraniques est aussi une façon efficace de se prémunir des dangers de la sexualité illicite. Dans ce cadre, les récits se rapportant au prophète Joseph (Youssouf) et à notre mère Marie (Maryam) sont pleins d’enseignements. Youssouf, jeune, célibataire, éloigné de sa famille et extraordinairement beau, résiste aux avances de l’épouse de son maitre, et  mieux, s’enfuit du lieu de tentation. Cette noble attitude de Youssouf est d’autant plus sincère et courageuse que la femme en question, de par son influence auprès de son époux qui occupait un poste clé dans le pouvoir, aurait pu en cas d’acceptation, lui assurer une belle promotion sociale, politique et financière : « Or celle [Zulikha] qui l'avait reçu dans sa maison essaya de le séduire. Et elle ferma bien les portes et dit : "Viens, (je suis prête pour toi !". – Il dit : "Qu'Allah me protège ! C'est mon maître qui m'a accordé un bon asile. Vraiment, les injustes ne réussissent pas" (S12, V23).

"Qu'Allah me protège !" est une parole lourde de sens dans cette situation difficile que seul celui qui a la foi peut surmonter. Youssouf resta vigilant et persévérant malgré les menaces et la prison. Allah lui donna alors le pouvoir, lui enseigna l'interprétation des rêves et l’inscrivit parmi Ses serviteurs élus. Tous ces récits montrent bien combien le serviteur a besoin de solliciter le secours d’Allah contre les tentations de la chair, et aussi combien il gagnera en noblesse s’il reste chaste. Seigneur ! Ne nous laisse pas tomber dans la péché de chair et donne-nous les moyens de nous en écarter.

Seigneur ! Préserve-nous ainsi que nos familles et toute la Ummah des méfaits de l’immoralité sexuelle.

Seigneur !  Nous te demandons la droiture, la crainte révérencielle, la chasteté et la satisfaction pour tout ce que Tu nous donnes. 

 

 

About Author

NewsLetter

Abonnez-vous pour recevoir nos lettres d'information dans votre courriel !