lundi 12 avril 2021
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 346
Exhortation à la prière du vendredi et à la prière communautaire

Exhortation à la prière du vendredi et à la prière communautaire

Premier sermon

Louange à Allah ! Nous Le louons, cherchons secours auprès de Lui et sollicitons son pardon. Nous nous réfugions auprès d’Allah contre nos mauvais penchants et nos mauvaises actions. Quiconque est guidé par Allah, rien ne pourra l’égarer et quiconque est abandonné par Allah, rien ne pourra le guider. Nous attestons qu’il n’y a de divinité qu’Allah sans associé et nous attestons que Mouhammad (PSL) est son serviteur et dernier envoyé à toute l’humanité jusqu’à la fin des temps. Nous lui sommes grandement reconnaissants pour nous avoir comblés de ses inestimables bienfaits dont la prière communautaire notamment du vendredi.

Serviteurs d’Allah !

La prière constitue le pilier le plus important du culte islamique et dont la qualité sera déterminante pour tout le reste. Au jour du jugement dernier, le hadith nous dit que la prière sera le premier devoir cultuel au sujet duquel les croyants seront questionnés : « La première chose sur laquelle le serviteur est jugé le jour de la résurrection est la prière, si elle est bonne les autres actes seront bons et si elle n'est pas bonne les autres actes ne seront pas bons» (Tabarany). Ainsi, l’évaluation des autres œuvres du serviteur est étroitement liée à celle de ses prières obligatoires et surérogatoires. Parmi les versets qui font ressortir le caractère obligatoire et réglé dans le temps de la prière, figure celui-ci : « Quand vous avez accompli la Salat, invoquez le nom de Dieu, debout, assis ou couchés sur vos côtés. Puis lorsque vous êtes en sécurité, accomplissez la Salat (normalement), car la Salat demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés.» (S4, V103). Tous ces exemples du Coran dénotent d’une communauté de culte entre tous les prophètes et ceux qui les ont suivis à travers la prière. Tous ceux qui ont reçu la révélation ont reçu le commandement relatif à la prière et l’avertissement relatif à sa négligence et son abandon : « Il ne leur a été commandé, cependant, que d'adorer Dieu, Lui vouant un culte exclusif, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et voilà la religion de droiture. » (S98, V5)

Le caractère singulier de la prière se laisse voir parmi d’autres indicateurs, à travers sa prescription lors de cet évènement privilégié du voyage nocturne. La dimension communautaire de la prière est très importante tellement les hadiths y incitent le fidèle, d’abord en termes de récompense spirituelle, le hadith dit : « La prière en groupe dépasse en mérite la prière individuelle de vingt sept degrés » (Boukhari et Mouslim). Ensuite, en termes d’élévation et d’expiation des fautes, « (…) Lorsqu’il fait soigneusement ses ablutions et se rend à la mosquée uniquement pour y prier, de tous les pas qu’il fait, l’un le fait s’élever d’un degré (spirituel) et l’autre le décharge d’un péché… » (Boukhary et Mouslim). L’assiduité dans la prière en groupe est un bouclier contre l’hypocrisie et l’égarement : « (…) Si vous la délaissez alors vous tomberez dans l’égarement. Seules les personnes dont l’hypocrisie était flagrante manquaient la prière en groupe. C’est ainsi qu’on voyait le malade transporté par deux hommes venir se placer dans les rangs. » (Mouslim)   

Serviteurs d’Allah !

Dans la diversité de ce qu’il a créé, notre Seigneur Allah dans sa Puissance et sa sagesse, choisit ce qu’il veut et donne la valeur qu’il veut à ces créatures, à savoir, les humains, les Djinns, les anges, le temps, l’espace, le vivant végétal et animal, l’inerte, l’atome et l’astre, etc. : « Ton Seigneur crée ce qu'Il veut et Il choisit ; il ne leur a jamais appartenu de choisir. Gloire à Dieu ! Il transcende ce qu’ils associent à Lui ! » (S28, V68). Dans ce registre, il est important pour le serviteur d’être très attentif et vigilant quand aux mois, jours, heures, etc. auxquels Allah a donné une valeur particulière en termes de profits cultuels. On peut citer les mois sacrés, le mois de ramadan, la nuit de Qadr, le dernier tiers de la nuit, la station d’Arafah, le jour du vendredi, etc. Nombreux sont les mérites liés au jour de vendredi : « Le Jour de Vendredi est de grande importance, le meilleur des jours de la semaine sur terre : c’est le jour où fut créé Adam, le jour où il fut introduit au Paradis, le jour où il en sortit. C’est aussi le jour où finira le monde. » (Mouslim)

 Serviteurs d’Allah !

Dans sagesse, Allah a choisi le jour du vendredi pour y prescrire l’obligation de la prière communautaire de l’après-midi. Cette obligation cultuelle découle du Coran : « Ô vous qui avez cru ! Quand on appelle à la Salât du jour du Vendredi, accourez à l’invocation d’Allah et laissez tout négoce. Cela est bien, meilleur pour vous, si vous saviez ! » (S62-V9).

Le prophète a effectué la première prière de vendredi dans la contrée de Quba lors de l’hégire avant d’entrer à Yathrib, future Médine. Dès que débute le temps légal pour la prière du vendredi, toute activité doit être momentanément suspendue jusqu’à la fin de la célébration de la prière. Cette prière est obligatoire pour le musulman en bonne santé, non voyageur, et se trouvant ou trouvant un groupe de fidèles au nombre de 40 selon certains savants ou moins que cela. Elle se compose de deux unités de prières (rak’ah) dans lesquelles, celui qui réunit les conditions requises  pour être Imam, récite à haute voix la fâtiha et une autre sourate. Toutefois, avant l’accomplissement de ces deux unités de prière, l’Imam prononce obligatoirement en position debout, un sermon en deux parties entrecoupées par une légère pause assise. Il est souhaitable que le sermon ne soit pas d’une longueur qui accable les fidèles et la deuxième partie soit moins longue que la première.  

Lors du sermon qui peut être délivré dans une langue autre que l’arabe, l’Imam prononce la louange d’Allah, prie sur le prophète (PSLF), prodigue des exhortations à la crainte d’Allah et oriente le public sur des questions qui le préoccupent. Il termine par des prières pour l’ensemble de la Oummah et contre les ennemis de l’Islam. Les règles de bienséance comportent en premier lieu la purification et l’hygiène corporelle.

Pour la prière du vendredi, il est fortement recommandé de bien se nettoyer les dents, procéder au lavage rituel (ghousl), de se parfumer, de porter de beaux et décents vêtements et de se rendre à la mosquée à la première heure : A ce propos, le prophète dit : « Quiconque se lave le vendredi comme il le fait pour la janaba et se rend à la mosquée à la première heure fait une bonne œuvre de la valeur d’une offrande d’un beau chameau. S’il se rend à la deuxième heure, c’est comme s’il a offert une vache, à la troisième heure, un bélier, à la quatrième une poule, à la cinquième un œuf. Quand l’imam est dans sa chaire, les anges rentrent pour écouter le prône. » (Boukhâri et Mouslim).

Arrivé au lieu de prière, le fidèle fait deux unités de prières en guise de salutation de la mosquée, chose qu’il peut aussi faire même s’il trouve l’Imam en train de délivrer le sermon : « Tout homme qui fait des ablutions majeures le jour du vendredi, se purifie autant qu’il peut, s’arrange les cheveux avec sa pommade ou se parfume avec du baume de sa femme, sort, se rend à la mosquée, ne sépare pas entre les fidèles [ pour se frayer un passage ], prie autant que cela lui est possible, puis écoute attentivement lorsque l’imam commence à parler, celui-là verra pardonnés ses péchés jusqu’au vendredi suivant » (Ahmad, Boukhâry). Dès que l’Imam entame son sermon, il est exigé du fidèle le silence. En effet, selon le hadith, des actes tels que dire au voisin de prière de se taire ou jouer avec des pierres tombe dans la proscription : « Si tu t’adresses à ton ami, même pour lui dire : « Tais-toi » pendant que l’imam prononce son discours tu es fautif. » (Mouslim). Pour certains savants, cette exigence est due au fait que le sermon remplace en quelque sorte, les deux unités de prières de la prière ordinaire de l’après-midi (zouhr).

Sans être une obligation pour les femmes, celles qui le souhaitent, habillées décemment sont autorisées à assister à la prière du vendredi. A ce propos, le prophète dit : « N’empêchez pas les servantes d'Allah (c’est à dire les femmes) de se rendre dans les mosquées d'Allah. » (sunan Abu daoud).

Qu’Allah nous bénisse par le Coran et nous aide à tirer pleinement profit de ses versets et du rappel qui s’y trouve ! Je demande à Allah pour moi et pour vous l’absolution de nos péchés.

Deuxième sermon

Louange à Allah ! Que Ses bénédictions et salutations soient sur le sceau des prophètes qui a dit : « Le vendredi est le meilleur jour où se lève le soleil »

Serviteurs d’Allah !

Après la prière du vendredi, le fidèle peut accomplir des prières surérogatoires de deux à huit rak’at. La sacralité du jour fait qu’il est recommandé d’y réciter la sourate de la caverne (Kahf), de multiplier invocations et prières sur le prophète.

Il existe sans que le hadith ne précise le moment, une heure du jour du vendredi où l’invocation du fidèle est acceptée : « Il y a en ce jour une heure qu’aucun adorateur Musulman ne rencontre en étant en prière, sans qu'Allah, le Très Haut, ne lui accorde ce qu’il demande, et il fit signe de sa main pour montrer combien cette  heure est courte. » (Boukhâry, Mouslim). Le caractère obligatoire de la prière communautaire du vendredi fait l’objet d’unanimité chez les musulmans. C’est aussi une opportunité hebdomadaire irremplaçable, pour sensibiliser les musulmans sur les problèmes de l’heure et les réponses à leur apporter. Ce n’est pas exagéré de dire que la prière du vendredi devient un moyen encore plus décisif en ces temps de mondialisation et de circulation rapide de bonnes choses mais aussi de menaces sur les valeurs islamiques. Toutefois, pour importante qu’elle soit, à l’instar des autres cultes islamiques, elle tient compte de la réalité humaine et de ses évolutions en termes d’aisance ou de gêne. C’est ainsi que la prière du vendredi n’est pas obligatoire pour le malade, le voyageur, celui qui craint pour sa vie ou ses biens. Nombreux sont les versets qui mentionnent la notion de gêne sous les vocables de ousr, haradj, etc. et qui dénotent de la prise en compte des contraintes : « (…) Dieu ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants. » (S5, V6) 

Serviteurs d’Allah !

A côté de l’exhortation à la prière du vendredi pour en tirer un maximum de profits, figure l’avertissement contre toute négligence de cette prescription. A ce propos, le prophète dit : « Que ceux qui négligent la prière du Vendredi cessent de le faire, sinon Dieu apposera le scellé sur leurs cœurs et ils finiront par être distraits de Sa pensée. »  (Mouslim)

Au cas où le fidèle a pu accomplir une rak’ah avec l’Imam, il complète sa prière de vendredi. Au cas où il rate la deuxième rak’ah il accomplit alors une prière de quatre rak’ah en guise de zouhr. 

Seigneur ! Aide-nous à faire partie de tes serviteurs qui respectent la prière de groupe.

Seigneur ! Aide-nous à ne pas tomber dans les stratagèmes de Satan qui nous incitent à négliger la prière du vendredi.      

About Author

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

7 Responses Found

NewsLetter

Abonnez-vous pour recevoir nos lettres d'information dans votre courriel !