lundi 12 avril 2021
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 346
Regard sur l'actualité : en vrac sur le Gabon, la Guinée, le Sénégal et le Congo

Regard sur l'actualité : en vrac sur le Gabon, la Guinée, le Sénégal et le Congo

Au Gabon l’irresponsabilité des tenants du pouvoir et de leurs soutiens, et de tous ceux qui « mangent » dans la main de ces derniers fait que le pays est au bord du chaos. Car certains préfèrent maintenir un président qui visiblement ne se porte pas bien pour continuer à assurer la gouvernance du pays. Ce genre de pratique n’est pas rare en Afrique de la part de gens qui n’aiment qu’eux-mêmes et leurs privilèges indus, et pas du tout le peuple et ce qui peut lui assurer un avenir salutaire.

 

Au Sénégal, Il est difficile de comprendre cette débauche de 1 milliard et quelques de francs CFA pour assurer les festivités de la nomination du « meilleur footballeur africain de l’année » je crois…Si un Pape Diouf qu’on ne peut pas soupçonner d’être contre ce qui promeut le football s’en offusque et d’autres, cela doit faire réfléchir…Débourser une telle somme pour selon le ministre des sports faire plaisir à la jeunesse et autres hôteliers au moment où les enseignants qui forment nos enfants réclament leurs indemnités dues après un travail fait, il faut le faire…Toutefois, il revient aux jeunes à qui on propose ces concerts et autres loisirs de savoir faire la part des choses entre leurs vraies préoccupations et ce que les politiques leur proposent. Ils sont libres et responsables pour faire leur choix le jour j malgré tout.

 

Cela fait penser aussi à la subvention de plus de 100 milliards que le gouvernement accorde à la Poste au moment où son Directeur distribue de la liquidité à Thiès. On se rappelle la faillite de la Régie des chemins de fer à Thiès à l’époque des socialistes. Visiblement, les gouvernants actuels n’ont pas appris grand-chose de ces dégâts de mal gouvernance avec leurs incidences sociales catastrophiques, pourtant « faaté khadiou fi ». Ce sont des choses de ce genre que ceux et celles qui rejoignent le prince ou sont en train de se préparer à le faire ne pourront peut-être pas ou ne plus dénoncer…

 

Je n’ai pas compris les propos de maitre Aïssata Tall Sall sur la supposée misogynie des sénégalais. Malgré cette « misogynie », elle est élue maire de sa localité. Peut-être que l’explication de sa difficulté à passer le filtre du parrainage se trouve ailleurs : comment a-t-elle a mobilisé sa base pour collecter les parrainages requis, comment a-t-elle animé ses activités politiques, ou l’a-t-on vue faire des meetings et autres activités de mobilisation politiques, ou est son programme, comment en a-t-elle fait la promotion, etc. ?

 

 Les plateaux télévisés et autres réseaux sociaux ne donnent pas à eux seuls la popularité nécessaire pour se donner les chances de gagner dans la compétition politique. Je ne pense pas que c’est de cette façon que l’on doit traiter le peuple que l’on voudrait gouverner un jour. La colère et le « niégni » ne sont pas de bonnes conseillères.  Maintenant, si elle est une femme libre, personne ne peut lui faire faire prendre une position qu’elle ne veut pas. Que des marabouts lui mettent la pression soit, même si je préfère le terme de lobbying, ne devrait pas expliquer le choix du prochain candidat qu’elle soutiendra. 

 

J’ai cru comprendre selon la presse que le président guinéen est un féministe et qu’il est contre le projet de loi qui est sur la table de l’assemblée nationale portant sur l’autorisation de la polygamie. Combien y a-t-il de politiques et intellectuels africains et autres qui sont contre la polygamie mais ne se gênent pas d’avoir des maitresses ? Et les auteurs de ces pratiques se disent défenseurs de la femme…Et d’autres qui ont signé monogamie comme au Sénégal passent par le « takku souf » ou font juste le mariage religieux !

 

La polygamie est autorisée et encadrée par la loi islamique, et elle est pratiquée dans nos pays et pas seulement à majorité musulmane et au lieu de la réglementer comme il se doit, on prend des positions idéologiques extraverties. Et nombre de ces politiques et intellectuels « féministes » sont favorables à la légalisation de certaines pratiques en matière de mariage et de sexualité au prétexte qu’il faut « s’adapter » à l’évolution des mœurs. Pour ce qui est d’une pratique séculaire dans nos pays, il faut lutter contre. La réponse satisfaisante serait à mon humble avis, de réglementer pour que tout se fasse en droit et que les majeurs qui entrent en mariage le fassent en connaissance de cause des différentes options qui existent et assument leurs choix.

 

Aux congolais nous disons juste, mille fois attention ! Soyez responsables, ne brûlez pas votre pays et une mention particulière pour le président de la CENI : vous faites face à un tournant décisif pour l’avenir de votre pays. Votre responsabilité morale et historique est de proclamer les résultats des urnes et rien d’autre. C’est comme cela que vous aurez été à la hauteur de votre mission nationale et votre conscience sera tranquille. Si par on ne sait quel type de pression, vous ne vous sentez pas libre de proclamer les résultats des urnes, alors prenez vos dispositions pour vous décharger mais ne donnez jamais de faux résultats. Par exemple, si vous ne vous sentez pas suffisamment protégé pour donner les résultats des urnes, alors allez-vous réfugier dans une ambassade étrangères par exemple ou tout ce que vous voulez mas ne faites pas n’importe quoi. Un haut magistrat béninois a fui son pays pour ne pas avoir à traiter un dossier « politique », pourquoi pas, ce n’est l’idéal mais cela vaut mieux que d’être injuste. Bon courage.

Lu 346 fois Dernière modification le vendredi, 11 janvier 2019 12:04
Évaluer cet élément
(0 Votes)

About Author

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

18 Responses Found

NewsLetter

Abonnez-vous pour recevoir nos lettres d'information dans votre courriel !